samedi 2 août 2014

Quelques mots sur la liberté

Une nouvelle civilisation humaine va naître bientôt,
une nouvelle humanité. Sa naissance est proche.
Nous parlons beaucoup d'autrui dans ces colonnes. En principe pas de nous-mêmes en tant que sujet principal (nous ne sommes pas là pour faire notre pub). Mais peut-être serait-il temps de donner quelques indications nous concernant car on a beau être d'accord avec nos écrits (le cas échéant naturellement), cela ne renseignera pas nos lecteurs sur ce qui nous motive réellement en profondeur, sur ce qui fait écho en nous, sur ce qui fait vibrer notre sensibilité dans notre relation à autrui. Nous savons que nous représentons quelque part une forme d'espoir de sortie de l'ornière pour beaucoup. Notre objectif est d'être le plus objectifs possible, et autant que nous le permettent les fluctuations des évènements, de ne décevoir PERSONNE (hormis l'Ennemi de l'Humanité libre bien sûr).

Peut-être serait il intéressant d'envisager d'avancer un peu su ce terrain de notre relation à l'autre, vous permettant de le faire plus en connaissance de cause aussi envers nous, après que nous ayons beaucoup avancé sur le terrain de cet "Ennemi", même sans en avoir l'air pour le moment (nous en sommes toujours aux fondations de notre œuvre, donc souterraines... donc invisibles à l'oeil nu, aussi aguerri soit-il. Nous en sommes actuellement aux consolidations finales de ces fondations... L'apparition, l’émergence de l’œuvre aura lieu dans quelques mois seulement... déjà).


Afin de vous parler un peu de nous (avec votre permission), nous allons nous appuyer sur une correspondance entretenue avec Eléazar. Non par indiscrétion, mais parce que nombre d'éléments intéressants y figurent, et qu'il est toujours dans l'intérêt de tous de les faire partager à ceux qu'ils seraient susceptibles d'intéresser. Le point de départ de cette présentation est commun à tout un chacun, souhaitant se repositionner plus authentiquement, plus sainement, plus efficacement au creux de sa propre existence en tant que creuset de sa propre transformation intérieure vers une version plus vaste et plus noble de soi, cela au sein de la Vie avec un grand "V". Il s'agit de la question existentielle sans doute la plus ancienne au monde: qui suis-je? Pourquoi suis-je là? Que dois-je réaliser? Quel but poursuivre? Quelle cause rallier, ou laquelle concevoir par moi-même? Que puis-je apporter? Comment soulager ou améliorer ce monde à mon niveau? Il en existe des millions de variantes. L'Archimagistère a à coeur de travailler les fondements de ce qui va lui succéder, sur base des réponses apportées à ces questions, et de structurer une nouvelle civilisation humaine en adéquation avec l'essence de chacun, en harmonie avec le cadre d'évolution de tout un chacun, non pas dans "le respect de l'environnement", mais dans le respect et l'Amour pour les Consciences des minéraux qui nous portent sur leur dos, des végétaux qui nous accordent notre oxygène, des animaux qui nous accompagne afin d'intégrer prochainement la condition humaine, et l'Humain, aboutissement de la la logique de l'évolution des consciences au sein des univers.

Trouver sa place n'est jamais chose facile pour quiconque. Il arrive même que l'on se croit parfaitement à sa place alors qu'il n'en est rien. Ça arrive bien plus souvent qu'on le croit. L'une des choses les plus importante est de considérer sa présence exactement là où l'on se trouve en l'instant présent, comme un puissant révélateur des conséquences de nos choix effectués jusque là, et de voir combien cette place que l'on a du mal à trouver et qui doit autant que possible nous ressembler, n'est que la place que l'on recherche encore en soi-même quant à notre réelle identité au sein de l'univers, en tant que ce qui légitime notre existence même... tout comme celle de l'univers en nous! Mais tout ceci n'est qu'affaire d'expériences, seul objectif de toutes nos existences d'ailleurs.
L'Archimagistère, en tant que voie de développement personnel et de recherche de soi-même comme finalement l'est la vie elle-même; voie ayant pour axe fondamental la culture de la droiture par excellence, dans la liberté totale d'expérimentation (incluant même l'erreur et l'égarement volontaire, aussi curieux que ça puisse paraître), l'Archimagistère donc, part de l'évidence que la croyance ne peut que rejoindre l'ignorance puisque par définition, "croire" c'est accepter d'adopter un postulat étranger à son expérience propre, comme étant vrai ou faux de façon nécessairement arbitraire, en fonction de son adéquation avec ses envies, ses besoins, ses peurs aussi et donc le besoin d'être rassuré, etc. En somme, tout sauf la vérité, en tant que réalité éprouvée. En cela la "croyance" s'oppose au "savoir". Le savoir est une connaissance apportée, éprouvée, par l'expérience de vie. Ainsi croire en rien et croire en tout relève du fondement même de la croyance qui n'est bonne qu'à se créer des postulats virtuels et rassurants, mais malhonnêtes envers soi-même. Croire est un choix. Savoir est une évidence. Mais vouloir savoir est également un choix, et comme tout choix, il est impérativement nécessaire d'en assumer pleinement les conséquences. Il y a de fortes chances, bien que ceci n'engage que nous, que ce c'est en substance ce que Karl Marx souhaitait signifier lorsqu'il prétendait, avec exactitude de ce point de vue du moins, que la religion est l'opium du peuple, en tant que système de pensée basée sur une croyance à forme mythologique (puisque généralement symbolique), forcément arbitraire, bien que la plupart du temps doté d'un fondement de Vérité (avec un "V" majuscule). Notre cheval de bataille est donc l'invitation de tout un chacun se montrant attentif à nos paroles comme à nos actes, à toujours à faire l'expérience des choses, dans la mesure des possibilités du moment, tout en restant d'une prudence extrême avec les postulats encore impossibles à vérifier, et envers lesquels la sensitivité seule (le "feeling" dirions-nous), doit être employé à des fins discriminatoires quant à la proportion de vérité et d'erreur que comporte en lui tout postulat, si "vrai" ou "faux" soit-il. Nous tentons ainsi en permanence une ouverture de compréhension plus large chez les étudiants à l'Académie puisque l'occasion nous est donnée, à leur demande, de nous adresser à eux. Nous n'avons ni n'avons jamais eu, à aucun moment de notre courte histoire, ni aucunement, la vocation de vouloir convaincre, formater les esprits, faire des adeptes de quelque théorie que ce soit; pas même celle de la "vérité". La Vérité Absolue n'existe peut-être pas en tant que postulat absolument vrai, mais elle existe en tant que synthèse harmonieuse de tous les postulats, soient-ils opposés les uns aux autres, mais alors rendus complémentaires par le regard unitiste que nous leur accordons, et non conflictuel comme l'impose la pensée mentale ordinaire.

Si un jour quelque étudiant à l'Académie devait s'engager dans un refus total des thèses évoquées au sein de notre école, mais qu'il les refuse sur base de son propre vécu et de l'expérience qu'il en aura faite, alors nous serons tous là pour l'applaudir, parce qu'il aura alors, de fait, parfaitement intégré en lui l'état d'esprit adéquat au savoir que nous aurions tenté de lui enseigner dans le cadre d'un esprit libre, au-delà des faits et thèses abordées.

La liberté de penser, la vraie, non celle à laquelle vous conditionne les médias en vous assénant l'idée obsessionnelle que vous êtes libre, mais celle qui naît d'une ouverture depuis l'intuition plutôt que débouchant vers les grands axes du prêt à penser occidental, cette liberté-là devient indispensable, à vous tous personnellement comme au monde qui vous accueille tous aussi. Cette nécessité s'explique par la nature créatrice de vos propres pensées afin de redessiner le monde de demain, plutôt que survivre dans l'enfer administratif qu'on vous a créé afin de vous y parquer, afin que vous y pensiez comme ceux qui nous gouvernent encore pour un temps, ont souhaiter vous voir pensez de manière à vous inciter à entretenir la réalité de ce monde qui les arrange et vous fait mourir vous, à petit feu. Car il faut comprendre que le monde se dirige irrémédiablement vers un autre système de pensée. Un système alternatif à la pensée égoïste privilégiant actuellement et depuis fort longtemps la division et le conflit, la sur-estimation égotique et la compétition. Un nouveau paradigme est en train de naître et son émergeance est sensible parmi l'ensemble des écrits récents de la population mondiale, et Internet en est un bon reflet. Les points d'émergence de cette nouvelle vision du monde dénote forcément avec la pensée préformatée officielle. Cette dernière tend à influencer subtilement les populations qu'elle manipule dans le sens où elle les pousse à voir parfois l'émergence de ce nouveau paradigme comme leur ennemi, au titre de l'ennemi qu'elle représente pour le système actuel. Les gens ainsi perçoivent cette nouvelle pensée comme suspecte, délirante, sectaire, ou autre catéogorisation dépréciative faisant écho à la peur du système de la perspective de perdre son pouvoir sur les populations, ce qui est inévitable à terme. Quant aux individus qui y adhèrent, ils sont officiellement marginalisés, même s'ils sont en très grand nombre, et afin d'amplifier cette marginalisation, le système finance lui-même d'autres groupes, eux totalement délirants, afin d'apporter le discrédit sur cette nouvelle pensée plus harmonieuse.
En cela, et quoi qu'il arrive, nous ne tentons jamais, ni au sein de l'Académie, ni au sein de l'Archimagistère, de formater les consciences en les incitant à les rallier à une cause. D'une part nous n'avons pas de cause, hormis la volonté d'être justes dans le respect de toutes les différences du monde et plaidant en faveur de la dynamique évolutive à retrouver en soi, quelque forme qu'elle prenne, mais en outre nous sommes clairement positionnés dans le sens d'une tentative constante d'ouverture des esprits visant une pensée plus libre, plus franche de la programmation collective incitant les gens à imaginer qu'ils sont libres, programmés pour le penser... et y CROIRE fermement! Si cela doit passer par la nécessité que l'on se détourne de nous, mais avec une vraie liberté de pensée acquise, alors notre but est atteint, car convaincre quiconque n'a jamais été notre intention puisque la vérité étant partout, tout comme l'erreur, l'appréciation de ce que nous serions éventuellement, tout comme celle de ce que nous sommes réellement, est aussi subjective que la réalité et l'erreur le sont elles-mêmes. Respectant cette vérité passée au tamis de la conscience, nous la saluons partout, même chez nos opposants potentiels (opposants mais, quant à nous, jamais dans le conflit, mais au contraire dans l'harmonisation des contraires, ferment de ce qui nous apparaît comme étant la maîtresse-vertu par excellence: l'Unité). En revanche si par ce moyen il arrive à certains de voir en nous, non pas les prôneurs d'un dogme quelconque puisque nous sommes a priori aussi adogmatiques qu'areligieux (en tant que références de systèmes de pensées rigides), mais au contraire comme une voie possible (parmi d'autres) d'expression d'une forme assurée de liberté de pensée et de conscience, alors là l'un parmi les objectifs majeurs que nous nous sommes fixés est dès lors considéré comme étant pleinement atteint.


Malheureusement, en tant que défenseurs de la vérité (pas son illusion...), nous sommes souvent confrontés à la nécessité de défendre des positions qui ne plaisent pas, qui ne sont pas agréables à attendre de la part de ceux qui les réfutent ou les rejettent, toutes "vérités" soient-elles (comme le dit l'adage, toutes ne sont pas bonnes à dire), car rarissimes aussi sont les personnes qui en ce monde sont davantage en quête de la vérité (ou du moins là où elle se trouve en plus grande part) que de son illusion, que de ce qu'ils ont envie d'entendre et qu'ils acceptent comme étant la vérité parce que le discours leur convient et les conforte dans leur illusion d'une absence d'efforts tendus vers un plus haut degrés de réalisation, d'accomplissement de soi. La vérité est dure, elle est inflexible, elle est sans concession car elle est, tout simplement. Elle est sans demi-teintes, du moins plus rarement que le contraire. Il faut avoir acquis du courage pour partir en quête de vérité! C'est là que la sempiternelle même question revient à ceux qui souhaitent se positionner vraiment dans un sens précis plutôt qu'un autre: "Que voulez-vous VRAIMENT?".

Ainsi, posez-vous la question, lectrice ou lecteur de ces lignes: que voulez-vous vraiment, vous? Le "vraiment" est important car il implique de manière implicite la possible nécessité de devoir renoncer à quelque chose auquel vous tiendriez peut-être au moins autant que ce que vous déclarez vouloir vraiment, et dont vous accepteriez le sacrifice éventuel afin de tendre vers l'objet de votre volonté réelle? Il ne s'agit donc pas de ce dont vous auriez envie ou besoin, mais de ce que vous voulez au point de pouvoir éventuellement, au besoin, accepter d'y sacrifier le reste. C'est à la fois très théorique et particulièrement engageant. Assez pour nécessiter de redéfinir votre vie, toute ou en partie. C'est en cela que la vérité est la voie des héros. La question mérite donc assurément d'être posée, tout en sachant aussi que la réponse est susceptible de pouvoir varier avec le temps, aussi probablement que vous devez vous montrer inflexible dans l'expression de ce choix au moment de le formuler si vous en connaissez la réponse, du moins l'une des réponses possibles, quoi qu'il en soit la certitude chevillée au corps. Ne pensez-vous pas que la vie mérite d'être vécue de manière passionnée?!


L'influence de l'Archimagistère tend à inciter les gens à ce type d'orientations plutôt que les inciter à se laisser balloter à la surface des eaux souvent déchainées de la mer du monde mental ordinaire de notre civilisation artificiellement constituée pour dominer les esprits et les rendre esclaves. Nous disons "influence" car l'Archimagistère ne peut représenter que cela: une direction du vent du destin qui peut parfois souffler, mais que chacun peut choisir de contrer pour faire de cette contradiction son expérience personnelle. L'Archimagistère n'est pas une confession au sein de laquelle quiconque pourrait entrer, et se fondre afin de s'y... "convertir". Ce n'est pas un contexte mental alternatif permettant de faire sécession avec le système et vous conduisant à entrer dans un autre. L'Archimagistère est autant la proposition d'une direction évolutive personnelle que la part émergée, rendu visible et compréhensible, d'un paradigme en soi, immense, devenu quasi-universel, qui tend à s'imposer par lui-même en tant qu'expression de la vie d'un avenir très proche; vie déjà soumise à d'évidentes forces de changement en tant que "saut quantique" d'évolution globale, dont il est cette partie émergée de l'iceberg en tant que son ordonnanceur. Ce saut quantique est mis en évidence aujourd'hui par la physique elle-même d'ailleurs. En ce sens, l'Archimagistère tel que défini ainsi, est à ne pas confondre avec son expression purement "initiatique" représentant un cadre de travail précis visant la Réalisation intérieure et ayant comme base de travail l'ouverture de conscience, pour ceux du moins qui sont en recherche d'une possible voie d'expression en ce sens qui ne soit ni intéressée, ni frelatée, ni manipulée.


N'avoir confiance qu'en soit, du moins en définitive, est encore la position la plus sûre puisque votre seul point de référence en ce monde c'est vous-même; tout devant être passé au crible de votre propre conscience. En revanche les chances que vous soyez vraiment au centre même de votre propre confiance en les choses et en les gens sont ridiculement minces. Que vous soyez absolument certaine ou certain de l'être ne fait aucun doute. Mais que vous le soyez vraiment est une toute autre histoire. Votre confiance va exactement là où l'on attend qu'elle aille. Et toute incartade tend aussi à se manifester par un mal être intérieur qui ne manque pas de vous faire généralement revenir sur vos positions habituelles: celles qui correspondent à ce que l'on attend de vous, de gré ou de force (de force alors parée du masque du gré, mais de force tout de même). C'est le cas de l'ultra grande majorité des gens.
Prenez néanmoins conscience, comme l'ont prise à votre place ceux qui nous gouvernent, que vous représentez un enjeu considérable pour les forces actuellement en jeu: celles évolutives, et celles du chaos qui refusent de mourir pour leur laisser la place. Toutes les âmes nobles, voire particulièrement lumineuses, ont toutes été mises sous contrôle strict juste avant leur incarnation, afin qu'elles puissent ne pas jouer leur rôle, à savoir apporter leur quote-part aux forces de cohérence ramenant ce nouveau paradigme autour duquel le monde est en train de commencer tout doucement à se restructurer.

Alors nous ne pouvons que vous encourager fortement à partir en quête de cette liberté de pensée vous conférant une réelle possibilité de n'accorder votre confiance qu'à ce qui mérite, à vos propres yeux, de se la voir octroyée. Uniquement à vos propres yeux, et non à la vision que l'on superpose à votre regard du fait de votre éducation (et donc nécessairement programmation). Les gens, disons "ordinaires" (sans jugement péjoratif ceci dit), attendent du système qu'il emploie tous les moyens à sa disposition pour leur apporter la plus crédible illusion de leur liberté en laquelle ils pourront donc croire les yeux fermés, et en contrepartie de laquelle il feront son jeu. C'est triste, c'est inquiétant, mais c'est ainsi. Alors, VOUS, ne cessez jamais de partir en quête de ce que vous SENTEZ être vrai, même éventuellement là où vous ne pourriez croire l'y trouver, même là où vous n'aimeriez pas l'y trouver. Partez en quête de ce qu'il y a de plus suprême à votre esprit, en vous, hors de vous, en chacun. Il y a TOUJOURS tellement plus vaste, plus beau, plus grand, et plus merveilleux à découvrir pour ceux qui ne se contentent pas de leurs propres limitations. Et si d'aventure vous croyez sincèrement, fermement, ou même savez pertinemment avoir trouvé ce "suprême", à tors ou à raison, alors surtout, ne vous arrêtez JAMAIS de continuer à le chercher, car rien n'est plus vaste que la Vérité, tant est si bien que rien, si grandiose soit-il, ne pourrait la contenir entièrement! Le genre humain est perfectible à l'infini. Alors vous parfaire aussi vous-même est dans l'ordre des choses qui préside à votre existence comme à votre destin pour peu que vous ne vous contentiez pas de médiocrité. En ce sens, ne cessez jamais. Perdurez à l'infini, car l'infini est votre propre nature en essence!
Quant à savoir ce qu'est vraiment l'Archimagistère, et sur base de ce qui vient de vous être dit, nous vous invitons, si vous le souhaitez, à ne faire confiance qu'à votre propre jugement et à répondre vous-même à cette question. Cette réponse aussi sera sans doute amenée à changer avec le temps, peut-être même souvent, ou bien alors pas du tout, pourquoi pas, et peu importe. Mais votre propre réponse à cette question sera toujours la meilleure car vous ne serez jamais capable de voir de lui que la part de lui qu'il y a en vous, et donc aussi l'idée, justifiée ou non, que vous vous faîtes de lui, et non de ce qu'il est réellement. Tout étant en tout, vous ne pouvez réellement vous trompez. Vous ne pourriez tout au plus qu'occulter une part plus ou moins importante de l'ensemble des choses que vous n'auriez pas vues, et cela est valable pour toute chose.

Si vous êtes parvenu à comprendre le fond de notre pensée par rapport à tout ce qui vient d'être dit, vous comprendrez aussi que l'Archimagistère (parce qu'il lui faut bien un nom dans ce monde afin d'y acquérir une existence), est une voie, un paradigme, une philosophie, une atmosphère, une vibration ambiante, une réalité, quelque chose... qui est universel, où tout ce qui est sain, bon, beau et évolutif, peut y être harmonieusement accueilli comme au sein d'un nouvel environnement revivifiant, mais absolument sans compromission face au germes de la perversion que nous pourchassons sous toutes ses formes, des plus ténues, aux plus... institutionnelles!

Le Grand-Œuvre se réalise au goutte à goutte au sein de ce monde, et à ce jour l'Ennemi de la Vie et de la Liberté ne comprend toujours pas pourquoi il est désormais et perpétuellement mis en échec. Peu importe d'ailleurs, l'essentiel est que ce qui doit être le soit, et que la libération des Peuples, tant du joug institutionnel qu'ils subissent que de l'ignorance et de l'illusion que les institutions auront fait peser sur eux, soit enfin au bout de ce si long chemin.

2 commentaires:

  1. Bonjour Eléazar,

    Je viens de lire votre long article. Bien sûr, il m'interpelle. Notamment ceci (une partie de phrase): "Toutes les âmes nobles, voire particulièrement lumineuses, ont toutes été sous contrôle stricte, juste avant leur incarnation, afin qu'ils ne puissent pas jouer leur rôle..." Ma question (d'ailleurs n'y en a-t-il qu'une!) est celle-ci: quelle puissance (ou entités,) est assez "puissante" pour diriger et contrôler des âmes, avant leur incarnation, d'autant plus "lumineuses"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Michel,

      Une telle question impliquerait, dans le cadre d'une réponse qui se voudrait exhaustive, que soit développés les éléments propres aux grands arcanes cosmogoniques ayant présidé aux réalités cosmiques auxquelles ont été confrontés les mondes dotés de vie, du moins jusqu'à une époque très récente d'un point de vue du temps mental terrestre.

      Je ne voudrais pas employer un vocabulaire qui orienterait votre compréhension vers des conditionnements de pensées qui détourneraient le sens de ce que je souhaite aborder avec un manque évident de mots adaptés à l'évocation des concepts en rapport.

      Disons simplement que les puissances de ce qui est perçu par l'Humanité comme étant "le Mal", a eu nombre d'occasions de pouvoir asseoir ses prérogatives hégémoniques sur les âmes, tant sur les plans subtils quant aux diverses conditions de gestion du destin des mondes, qu'au physique, en tant qu'incarnés, ayant eux-mêmes implanté au sein des civilisations des humanités des conditions de domination qui font encore le quotidien de notre propre monde. Le but de l'Ennemi a toujours été le même: dominer les âmes, la vie, ses formes, afin de les réduire à l'esclavage et se nourrir de ses souffrances.
      Pourquoi parle-t-on souvent sur Internet de la "Cabale sataniste"? Parce que le "satanisme" est la forme la plus connue de dévotion à tout ce qui est chaos et iniquité, diamétralement opposé à ce qui procède des valeurs, elles-mêmes rattachées à ce qui est bon et harmonieux, et propre à la nature humaine elle-même, par essence.

      Cette emprise a été à ce point possible sur les Humanités (pas uniquement la nôtre et de loin), parce que cette emprise-là s'exerçait également sur les âmes, sur les mécaniques cosmiques présidant à leurs destin, et sur toute l'échelle d'influences que peut subir une planète portant une civilisation humaine tant soit peu évoluée, à quoi que puissent ressembler ses individus par rapport à nos critères de la "normalité". Cette domination subtile a été le principe causal de leur possibilité de domination des peuples (incarnés). Et c'est parce que ce principe causal a changé que la déconfiture de l'Ennemi est inévitable et actuellement en cours.

      Les âmes étaient esclaves, collectivement, donc l'incarnation de ces âmes constituée en "Humanité", l'était aussi.

      Il a fallu réformer à ce point en profondeur la mécanique cosmique et les lois qui y président au point de créer un paradigme qui ne conservera RIEN de l'ancien, afin de permettre qu'il n'y ait plus aucun lien entre le nouveau garantissant la perpétuation de la liberté des âmes, et l'ancien, dominé par leur esclavage, pour qu'enfin cette possible libération ait lieu, contrairement à toutes les tentatives passées en rapport, perpétuellement vouées à l'échec.

      Nul ne saura jamais à quel point l'ensemble du TOUT est passé à un cheveu de la catastrophe globale. C'est inutile d'ailleurs, si du moins, avec le temps, l'Humain comprend la nécessité de la mise en pratique des arcanes garantissant la perpétuation de la vie et de l'harmonie, autant qu'il se sentira enfin concerné à titre personnel quant aux possibilité de croissance et de progrès de la Création entière.

      Supprimer

Merci pour votre collaboration éditoriale.
Vos commentaires seront édités après modération.
Si vous souhaitez nous faire parvenir un message en privé, merci de bien vouloir utiliser la plate-forme des contacts à cette adresse:
https://archimagistere.com/fr/contacts/ (catégorie "Le contenu du site" pour un message relatif à nos publications).

Merci