samedi 20 juillet 2013

La perte de sensibilité des populations aux manipulations gouvernementales est amorcée

Il est un fait que l'intensification constante depuis des mois de notre travail axé sur la dissipation des illusions qui tentent d'être distillées par les artisans du système sur la population mondiale, affecte grandement les marges de manœuvre des gouvernements visant, sur ordres, à instaurer dans l'esprit des gens un monde de total faux-semblant, un monde sans le moindre rapport entre ce qu'il est réellement et l'apparence qui lui est artificiellement donné et quotidiennement attestée par tous les médias du monde.

Ainsi, il se trouve, tel que nous l'avions déjà annoncé dans ce journal (Cf. notre article du 29 décembre 2012), que l'épouvante de la catastrophe de Fukushima n'a pas eu la résonance attendue auprès de la population, surtout celle qui est la plus concernée à savoir la population japonaise, ni que le mouvement de panique en rapport, pourtant fébrilement attendu, lui non plus, ne s'est pas produit. Benjamin Fulford lui-même s'était rendu sur place aux abords de la centrale avec un compteur Geiger à la main, attestant dans une vidéo du peu de radiations enregistrées par son appareil de mesure (nous avons depuis lors renforcé notre action visant à la dénaturation de la fréquence vibratoire des rayonnements radioactifs visant à considérablement en affaiblir les effets destructeurs sur le gêne).

Le réacteur de la centrale ayant été détruit intentionnellement, tout comme le tsunami à l'origine même du problème, causé par une lame de fond, a été généré par la déflagration d'une bombe à hydrogène ou à impulsion magnétique américaine ayant failli causé l'effondrement du plancher océanique. Ce risque a été enrayé à temps, d'extrême justesse, par l'injection massive d'énergie de ce que nous appelons "or en fusion" du à son lien fluidique avec cette matière, rendant les terrains plus meubles et permettant la réduction du risque de fractures des strates par l'assouplissement des structures moléculaires qu'induit cette énergie.
Pour en revenir à Fukushima, et au besoin, nous rappelons à ceux qui l'auraient oublié, et nous l'apprendrons aux autres, que le Japon ne figure tout simplement par sur les cartes dessinées en vu des accord de Yalta signés en février 1945 et ayant réuni Franklin Delano Roosevelt, Winston Churchill, et Joseph Staline, tous les trois vendus au plan de domination mondial qui aura également financé la montée au pouvoir d'Adolphe Hitler lui-même, tous des Kazaars, ce dernier y compris, du moins en partie au moins.

Nous savons* qu'une concertation entre généraux nippons ralliés à la cause des adeptes du Chaos (ce qui est donc à l'origine du projet du Nouvel Ordre Mondial entre autre) a eu lieu entre lundi et mardi dernier, 15 et 16 juillet 2013. Devant la déconvenue d'une population refusant de plus en plus de plier face aux injonctions non-officielles des gouvernements et des médias pactisant avec eux de croire aveuglement et béatement à tout ce qu'on leur raconte, ils ont pris la décision d'une mesure d'exception consistant à mettre en scène une aggravation majeure de la situation à Fukishima afin de semer la terreur, la panique... et le chaos, souhaitant reprendre ainsi par la peur, le contrôle de cette population entre autre (la stratégie a été du même ordre avec la vraie-fausse pandémie de grippe H1N1, managée par le consortium mondial des laboratoires pharmaceutiques, orchestrée par l'OMS, relayée par les médias du monde, et sur ordre de l'organisation des 300 plus puissantes familles à l'origine de tous les maux de ce monde de par leur folie hégémonique de domination et de destruction globale).

Un dispositif devait donc enclencher le processus de destruction du réacteur affaibli en créant autant que possible un corium dévastateur. Nous ne sommes pas certains que la Société du Dragon Blanc ait été renseignée d'une manière ou d'une autre concernant ce projet. Nous sommes donc intervenus afin de l'avorter, dans la déconvenue générale bien évidemment.

Nous avons également été informés d'une tentative de recréation d'une "matrice" par l'effet d'un ordinateur quantique extrêmement puissant. Cette "matrice" était du même ordre que celles ayant été détruites fin d'année dernière (Cf. notre article du 1er novembre 2012). La tentative en question a été initiée entre autre par Vladimir Poutine (en tant que son instigateur le plus avancé, les Etats-Unis entre autre, cherchant également à obtenir le même résultat). Manquant encore d'éléments concrets malgré la destruction de ce système en gestation et reconstitué à partir d'un germe détenu par les services secrets militaires russes à ce qu'il nous semble à l'heure actuelle, ce sujet fera l'objet d'un article ultérieur.

----

* Cette intention de déstabilisation de la population japonaise par l'organisation d'une nouvelle catastrophe nucléaire est confirmée le 17 juillet par Benjamin Fulford sur son blog(1) selon, dit-il, une information émise par le MI6. Notre propre et présent article a été rédigé le 16 juillet pour parution le 20. Nous restons donc dans notre logique visant, comme d'habitude, à ne rien "prédire" mais rester dans l'alternative d'informations rapportées afin de laisser à nos lecteurs, sympathisants comme détracteurs, la possibilité de croire en le fait que nous ne disposons aucunement de quelque avance que ce soit en terme d'action ou d'information, et que notre position à cet égard n'est que fantaisie (Cf. "Crédibilité de nos News" ci-contre en haut de page).

(1) Extrait significatif:
Credible threats were also received from MI6 sources of another nuclear terror attack against Japan. In the latest plot, a nuclear device is supposed to be smuggled into Tokyo through a network of secret underground canals via the US airbase in Yokota in Western Tokyo. The source for this warning is the same one that told the Japanese before March 11, 2011 that Japan was about to be hit with a nuclear attack. 

Traduction (version Google Translate corrigée):
"Des menaces ont également été reçues de sources du MI6 d'une autre attaque terroriste nucléaire contre le Japon. Dans le dernier complot, un engin nucléaire est censé être introduit en contrebande dans Tokyo à travers un réseau de canaux souterrains secrets via la base aérienne américaine dans Yokota à l'ouest de Tokyo. La source de cette mise en garde est la même que celle qui a averti les Japonais avant le 11 Mars 2011 que le Japon était sur ​​le point d'être frappé par une attaque nucléaire."

2 commentaires:

  1. merci pour cet article intéressant!
    comment le taux de radioactivité peut-il etre faible autour de la centrale alors qu'un communiqué vient d'être fait cette semaine,comme quoi 300T de liquide radioactif s'écoulerait chaque jour dans la mer????
    publié dans science et vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui paie les auteurs des communiqués et des mesures à votre avis? Qui paie ceux qui paient les employeurs des journalistes? Qui a intérêt à ce que ces communiqués soient diffusés au public? Pourquoi aucun communiqué n'a jamais dit que la flore et la faunes des zones condamnées et abandonnées de Tchernobyl sont florissantes avec aucun phénomène mutagène remarqué à la dernière visite de contrôle? Voilà les bonnes questions.

      Comment en est-on arrivé là?!

      Supprimer

Merci pour votre collaboration éditoriale.
Vos commentaires seront édités après modération.
Si vous souhaitez nous faire parvenir un message en privé, merci de bien vouloir utiliser la plate-forme des contacts à cette adresse:
https://archimagistere.com/fr/contacts/ (catégorie "Le contenu du site" pour un message relatif à nos publications).

Merci