dimanche 21 avril 2013

Abemus papam

Voilà longtemps que nous n'avions plus rien publié dans ces colonnes, malgré le nombre des événements qui se sont déroulés depuis le dernier post. Dans la mesure du réalisable nous tâcherons de publier plus souvent mais plus court aussi en nombre de lignes, ce qui ne pourra qu'avantager toutes les parties.

Lequel des deux est le plus "inspirant" ?
La première réapparition de nos articles ici ne pouvait pas ne pas être consacrée au nouveau Pape François (le premier Pape qui se soit choisi un nom qui ne soit pas suivi d'un chiffre ordinal), et ce malgré le manque relatif de fraîcheur de la nouvelle en question, introduite par le titre de cet article. On ne devrait pas nous en tenir rigueur au vu du manque de la même fraîcheur quant à la fameuse "bonne nouvelle" dont l'Eglise Catholique Romaine est traditionnellement porteuse, cela sans irrévérence aucune de notre part. D'ailleurs le sujet dont il est question n'est pas cette église mais bel et bien son premier dignitaire et représentant officiel: Sa Sainteté le Pape François.

Il est assez plaisant, il faut l'avouer, de pouvoir se permettre d'employer à bon escient le titre officiel attaché à la fonction du personnage, car une fois est peu de coutume (il y en eu tout de même), l'actuel premier Vicaire de Jésus-Christ nous semble amplement méritant de ce titre, contrairement à son prédécesseur qui se trouva être son antagonisme parfait pour ainsi dire, en tant que flagrant antipape et dernier de l'histoire.

Il serait intellectuellement intéressant de cartographier la qualité spirituelle des différents Souverains Pontifes à travers les âges; intéressant mais au demeurant bien peu utile. Il nous est néanmoins toujours apparu opportun et tout particulièrement pertinent, pour notre propre gouverne du moins, de savoir à qui nous avions affaire de-ci delà, parmi les personnalités influentes de ce monde; et être à la tête d'un milliard et quelques de croyants n'est pas une position mineure, quelle que soit la réputation de l'institution que l'on représente alors, à tort ou à raison.

Le fait est aussi et surtout que le Pape François est notre ami très cher depuis près de 1300 ans, contemporain de Guru Rinpoché Padmasambhava, outre le fait que très "tôt" il quitta le Bouddhisme, et de s'inscrire dans la tradition chrétienne pour ne plus la quitter depuis. Son actuel Sainteté le Pape est en réalité depuis des siècles une figure emblématique des âmes réalisées et fusionnées en la Conscience de l'Absolu, tout comme Jean-Paul II avant lui qui l'aura d'ailleurs fait "Cardinal", lui offrant ainsi la possibilité matérielle d'accès au Saint-Siège, alors que Benoît XVI, connu des milieux autorisés comme nazi, sataniste sacrificiel pour le moins pratiquant, et comploteur mondialiste, est aussi l'un des corps de l'anti-dieu, tout comme l'est aussi "Sa Sainteté" le XIV et actuel Dalaï-Lama (la "sainteté", pas davantage que le Prix Nobel de la Paix, ne valant bien cher sur le marché ces derniers temps). La dernière incarnation publiquement connue du Pape François le bien nommé fut Saint-François d'Assise, prenant son nom de Pontife du à son affinité déclarée avec ledit Saint dont les talents lévitatoires étaient encore une vague réminiscence des siddha (pouvoirs psychiques) du Bouddhisme, et dont la capacité de dialogue avec les animaux lui aurait bien valu alors son entrée au sein de l'Ordre des Magiciens de Tolkien en tant que "François le Brun".

Quoi qu'il en soit, il n'y a aucunement à douter qu'il s'agisse d'un grand homme, dont la grandeur est à la mesure de la tâche ceci dit, mais au courage sans faille. Nous tenons à assurer le Dragon Blanc comme il le présume, que le Pape actuel est en effet au-dessus de tous soupçons quant à quelque appartenance avec la cabale sioniste actuellement en déroute. Tant pour la Chrétienté que pour le reste du monde: abemus papam! et il y a de quoi s'en réjouir.

Le Souverain Pontife a déjà fait l'objet d'au moins trois tentatives d'élimination discrète, commanditées en interne, manifestement élu "par erreur" par ceux qui ignoraient qui il était vraiment; Benoît XVI, acculé et poussé à l'abdication, ayant ourdi de poursuivre son règne à travers lui, s'étant même laissé aller à rêver d'une souveraineté totale, aussi puissante que non exposée, rendue possible par l'intermédiaire de son successeur... et gant de toilette ("débarbouillette" pour nos amis Canadiens). Son camp ayant une fois de plus échoué, le triste sire se dessèche actuellement au fond de son trou tel un Cthulhu ayant manqué l'éclipse totale, rêvant à la gloire qui aurait pu être la sienne et attendant la seule issue qui lui soit possible comme à ses acolytes de l'horreur: la disparition.

Son successeur a donc été placé sous ultra-haute protection par nos soins, et bien mal en prendra à quiconque tenterait quoi que ce soit contre lui. Le contingent pour le moins furtif en poste au Vatican n'ayant rien de négligeable. Nous savons, après notre entretien, qu'il fermera derrière lui les portes de deux millénaires d'histoire du Christianisme, parvenue à son terme aujourd'hui... comme annoncé, après effectif le "retour du Christ", mais naturellement sur un mode de réalité passé totalement inaperçu, et pour le moins différant des images d'Epinal de la mythologie catholique construite par les moins sincères d'entre les serviteurs de la cause du Christ; chaque religion, dans une alternative équivalente de la perversion du message initial, ayant naturellement la sienne.

Un jour, peut-être pas de suite mais un jour prochain, chaque religion se verra enfin réinterprétée à la lumière des évidences cachées de l'histoire des hommes, sciemment occultées afin d'éviter qu'ils puissent comprendre "Dieu" et réellement retourner à Lui. Mais ceci est déjà une autre histoire.

16 commentaires:

  1. Bonjour à tous !

    Il apparaît si je ne m'abuse, que cela va dans le sens de la prophétie des Papes attribuée à Saint Malachie.
    Certains pensaient que c'était Francesco Forgione dit Padre Pio qui était la réincarnation de Saint François D'Assise. Je réalise qu'il s'agit là d'Avatars, cependant j'aimerai connaître si vous le jugez à propos, "qui" était cet Entité Réintegrée et quelle "identité" avait-elle endossé avant Padre Pio.

    Merci et que la Paix soit avec vous.

    Haïk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de répondre de façon précise à ce genre de questions. Le Père Pio était en effet, lui aussi, un avatar, une incarnation du Principe Divin, mais il n'était pas précisément François d'Assise, bien que tous les avatars, passés, présents, et à venir, soient indivisiblement UN; concept pour le moins ardu à conceptualiser pour une conscience mentale.

      Le Père Pio, comme quelques autres, est venu pour jeter les bases au sein de l'égrégore du catholicisme, disons d'une reprise en main de la situation générale par un ensemble de dispositions échappant totalement à l'hégémonie du pouvoir des hiérarchies de l'Ombre; précisément ce qu'il est en train de se passer actuellement, également évoqué, en effet, par les prophéties de Saint Malachie, sachant que malgré tout le changement est si profond d'un point de vue... disons "quantique", que plus aucune prophétie ne saurait tenir encore la route aujourd'hui. C'est pour cette exacte raison que les Mayas ont cessé de poursuivre leur calendrier rendu célèbre à l'orée de 2013. Non parce qu'il n'y avait plus rien après, mais parce que ce qui venait "après" échappait totalement aux fondements mêmes de la réalité qui aura présidé à l'existence de notre monde, de leur époque pré-colombienne (et avant naturellement) jusqu'au 28 octobre 2011, fin réelle de leur calendrier.

      Supprimer
    2. Merci bien de cet éclaircissement !

      Supprimer
  2. C'est d'autant plus réconfortant que ce soit un jésuite qui mette fin aussi à ce règne jésuite.
    A propos, que penser du itccs, ce tribunal qui veut traduire en justice la reine elizabeth, ratzinger et le 1er ministre canadien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, vouloir n'est pas pouvoir... Mais c'est au moins révélateur de prises de conscience certaines!

      Supprimer
  3. Alors que successivement les papes ont porté sur eux une croix en or (métal le plus noble), voici un pape qui décide de porter une croix en fer. Les symboles étant probablement ce qu'il y a de plus révélateur, il me semble que celui-ci n'est pas de bon augure. Qu'en pensez-vous ? Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soyez certain que c'est du meilleur augure qui soit. La noblesse du métal a très peu été le reflet de celle de l'âme qui le portait. En revanche, le port du fer est plus humble que celui de l'or, tout comme le Pape François ne dort pas dans la chambre habituellement réservée aux individus endossant sa fonction, mais dans la plus humble à sa disposition au Vatican, tout comme il vivait dans une favela de Santiago, même en tant que Cardinal.

      Supprimer
    2. Bonjour Eleazar,
      Je me suis rassuré à la 2ème lecture de votre texte ... quoique ! Concernant Jean-Paul II vous dites "une figure emblématique des âmes réalisées et fusionnées en la Conscience de l'Absolu". Un pape qui protège par l'immunité vaticane l'archevêque Marcinkus qui a participé au crack de la banque Ambrosiano où sont déposés les capitaux du vatican. Le fondateur de cette banque, Giuseppe Tovini béatifié par ce même pape. Il doit y avoir erreur sur la personne !

      Supprimer
    3. Non il n'y a pas d'erreur... Il faut (toujours, selon la Tradition du moins) être très prudent lorsqu'on juge quelqu'un. En l'occurrence il ne faut pas confondre la qualité spirituelle de l'homme et la violence des contraintes imposées par la Curie Romaine dans le cadre de sa collaboration avec les plans du Nouvel Ordre Mondial.

      Vous pensiez peut-être que le Souverain Pontife était effectivement "souverain" chez lui?

      Supprimer
    4. Merci Eléazar pour votre réponse.
      Oui je pensais en effet que le pape était souverain au Vatican. Ce qui devrait être la moindre des choses. Manifestement non ! En tant que Vicaire de Jésus Christ je n'imagine pas Ce Dernier céder à l'Ombre.
      Peut être que l'action juste est parfois difficile à percevoir ?

      Supprimer
    5. Vous avez parfaitement raison, ce devrait être le cas... Il faut parfois jouer des jeux étranges pour donner confiance à l'ennemi, lui donnant l'impression que nous reculions pour pouvoir mieux avancer lorsqu'il devait s'y attendre le moins. Et lorsque quelque chose de faux, d'injuste, ou de sale était à faire dans ces circonstances précises, mieux valait-il alors qu'un aspect de l'Absolu s'en charge, ce qui évitait qu'une âme doive en porter la trop lourde responsabilité. Les choses vont tellement plus loin qu'on pourrait l'imaginer, et encore, tout ne peut être dit...

      Merci à vous pour votre intérêt et vos réflexions constructives.

      Supprimer
  4. On pourrait passer outre le fait que de l’historique de la religion catholique, le mental collectif des chrétiens ne retienne que les épisodes fastes et les moments agréables, et qu’après tout, l’église catholique avait son temps de gloire (politique) eu la bonne idée d’accumuler pléthore d’édifices et autres richesses érigées à la gloire de sa théologie, et qui assoient encore aujourd’hui le témoignage de son lustre passé. Ce serait compter sans un devoir de mémoire des raisons pour lesquelles la Religion, avec le pouvoir gnostique qui est le sien, a mené autant de guerres aux hérétiques que de campagnes d’asservissement parmi ses fidèles, et qu’en tant que courant philosophique, aucune de ses déclinaisons n’a jamais conduit à la paix. Paix de l’âme, paix du corps ou paix des peuples.

    Que dire alors d’un pape qui ne peut que suivre le courant de son temps, et que par sa nature humaine, fait ce qu’il peut pour (déjà) redorer le blason d’une l’église malade en son sein. Politisé dans le chef de sa nomination, non pas pour son compte personnel, mais par besoin stratégique de soigner les apparences d’une Eglise en mal de désertion de ses fidèles, mais dont la morale et le pouvoir de déterminisme imprègnent pourtant encore beaucoup (trop) le monde occidental ; c’est que l’on ne se débarrasse pas de 2.000 ans de scolastique chrétienne en un claquement de pédagogie de masse.
    Même si les apparences sont trompeuses, l’homme qui croit en sa foi incarne la beauté de sa démarche, encore faut-il tenir compte de l’occultisme qui caractérise depuis toujours le mouvement jésuite dont il est issu et au nom duquel les secrets impénétrables de l’ordre sont autant de piliers sur lesquels est maintenu l’ordre justement.

    Mais n’est ce pas là son rôle… ? Car ne nous y méprenons pas sur sa mission de chef par laquelle il lui incombe de saisir le taureau par les cornes et de ramener les ouailles au bercail… Tant pis si l’enclos où elles seront à l’abri du grand méchant look vaut toujours mieux que d’aller se promener sous le pommier…

    RépondreSupprimer
  5. Voici une citation du nouveau pape François en date du 9 juillet 2010 au sujet de l'adoption d'enfants dans les couples homosexuels.

    « Ne soyons pas naïfs, nous ne parlons pas d'une simple lutte politique, c'est une prétention destructrice contre le plan de Dieu. Nous ne parlons pas d'une simple loi, mais d’une conspiration du Père du Mensonge, pour semer la confusion et induire en erreur les enfants de Dieu ».

    On peut ainsi comprendre l'acharnement des médias, suppôts de Satan le salissant dans des prétendues prises de positions en faveur de la dictature Argentine.

    RépondreSupprimer
  6. Qu'en est-il des missiles exocet que la junte militaire aurait pu acheter grâce à un prêt du vatican obtenu par le pape François lorsqu'il était évêque ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne sommes pas informés de toutes les magouilles vaticanes, ni de leurs tenants ni de leurs aboutissants. Nous ne travaillons pas au Vatican et si ce haut-lieu de perdition est désormais sous notre surveillance, ça n'a pas toujours été le cas. Ce qu'il faut bien comprendre c'est que pour investir un système, vous êtes obligé de le servir, sinon il vous rejette. C'est extrêmement basique mais c'est extrêmement vrai et c'est exactement comme ça que ça fonctionne, j'ai pu en faire personnellement le constat dans les détails.

      Le Pape François ne souhaitait pas assumer cette tâche lorsqu'il a été élu à ce poste. La raison en était qu'il savait qu'il devrait alors mentir, ce qui le chagrinait. Il a été nécessaire de lui faire comprendre qu'il était temps de cesser de plier l'échine et de se faire le vecteur vivant de la transformation du monde au niveau somme tout relativement important qui est le sien. Il est toujours resté profondément attaché aux valeurs christiques, c'est-à dire aux enseignements de l'Avatar qu'était "Joseph de Nazareth, fils de Joseph", initié "Ieschve" (Iod Hé Shin Vau Hé). Mais l'organisation mafieuse ecclésiastique était le contexte nécessaire de progression d'une valeur spirituelle sûre telle que l'est François au cours successif de ses diverses incarnations, jusqu'à accepter une forme de fusion de Conscience avec l'Animam Mundi de ce monde pour en être l'incarnation dans le giron de la Chrétienté, et que le plan Divin puisse se manifester ainsi tel qu'il est nécessaire qu'il le soit.

      Après, qu'il soit question de missiles, de financements occultes de génocides, de contributions aux privations de liberté etc., c'est le portait même du monde dont il faut détruire les perversions, justifiant de même l'apparition des différents contributeurs des réformes à engager, et le meilleur rôle à tout égard pour y parvenir, et Dieu sais que ce n'est pas simple de pouvoir y accéder, c'est de pouvoir apparaître au milieu même de ce qui doit être détruit et remplacé! La seule clef qui aura permis au destin d'y glisser François, est son appartenance l'Ordre de la Compagnie de Jésus (les Jésuites; mais il aurait tout aussi bien pu être un ponte de l'Opus Dei, avec ceci dit plus de difficultés pour se maintenir).

      Si vous voulez terrasser la bête, il faut d'abord l'amadouer (jeu dangereux s'il en est). Et pour y parvenir le plus sûrement possible... il faut lui donner à manger!

      Donc attention aux jugements hâtifs car nul ne sait ce qu'implique le fait de s'attaquer à ce genre d'ennemis-là s'il ne l'a pas fait lui-même!

      Supprimer
  7. Merci Eleazar de cet éclaircissement. Encore une fois, il faut se référer à l'adage : on reconnaît l'arbre à ses fruits.
    Si pour amadouer la bête il faut lui donner à manger, je comprends pourquoi le christ a donné sa chair à manger.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre collaboration éditoriale.
Vos commentaires seront édités après modération.
Si vous souhaitez nous faire parvenir un message en privé, merci de bien vouloir utiliser la plate-forme des contacts à cette adresse:
https://archimagistere.com/fr/contacts/ (catégorie "Le contenu du site" pour un message relatif à nos publications).

Merci