samedi 24 décembre 2011

Echec du dernier projet de destruction de la nation japonaise

Le 13 novembre dernier s'est produit un événement somme toute d'importance dont aucun média ne s'est fait l'écho (à notre connaissance du moins), et pour cause! Le seul élément passé plus ou moins inaperçu, médiatiquement parlant, est la fermeture du détroit d'Oman.

Voici les faits.

Des bâtiments battant pavillon américain mouillaient dans le détroit d'Oman (ou d'Ormuz), à l'est de l'Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis, donc au sud de l'Iran pour situer la zone géopolitique. Nous avons été alerté par nos observateurs du fait que quelque chose de dangereux était en préparation. Au jour d’aujourd’hui nous n'avons pas encore déterminé si l'opération qui y était tentée devait ou non permettre d'incriminer l'Iran de façon à avoir un argument pouvant désigner cette nation comme étant responsable du fait et trouver là une raison du déclenchement de la troisième guerre mondiale, si ardemment souhaitée par les acteurs de l'actuel et déclinant "Nouvel Ordre Mondial" via les Etats-Unis. Nous ne pouvons que rapporter les faits.

Cette flotte bien en vue était relayée par un QG sous-terrain à l'extrême nord du Sultanat d'Oman, enfoui dans le sol et totalement invisible de la surface. Fait intéressant à noter, l'un des murs était paré d'un drapeau arborant la Terre surmontée d'une épée pointée vers elle, ainsi qu'une croix gammée aux côtés du drapeau des Etats-Unis, signant l'origine de la faction nazi khazare étusunienne des donneurs d'ordres, ayant à sa tête Henry Kinsinger. Nous avons également des raisons de penser qu'un agent de renseignement travaillant pour le Dragon Blanc était également sur place, néanmoins sans certitude. Après avoir mis à mal certains navires de cette flotte, il nous a été rapportée l'évidente satisfaction des membres du poste opérationnel dudit QG, ce qui pointait le doigt sur l'évidence que les navires en question étaient un leurre destiné à nous tromper. Après investigation, il s'est avéré qu'y était entreposée une arme de destruction massive à impulsion électromagnétique (EMP) destinée à être larguée a priori dans l'Océan Indien. Le lieu de largage de la bombe aurait permis, à sa détonation, la totale et définitive submersion du Japon par effondrement du plancher océanique déjà fragilisé par la détonation atomique ayant causé le récent tsunami et les problèmes connus à Fukushima.

La seule alternative permettant d'éviter la catastrophe sans nom qui s'en serait suivie si cette opération avait pu être menée à bien, fut la destruction intra-muros de la bombe, causant un cratère impressionnant en surface. Il n'y eu malheureusement aucun survivant et les rayonnements à effets dépressionnaires du aux impulsions électromagnétiques causèrent un trouble profond à la population locale la plus à proximité de l'épicentre de l'explosion, conséquences malheureusement inévitables mais sans communes mesures avec ceux d'une réussite de cette opération le cas échéant.

Suite à cet épisode donc, le détroit d'Oman fut fermé.

Ceux qui surveillent les posts de cette page sauront donc que ce genre de projets sera dorénavant voué à l'échec par une répression systématique quoi qu'il en coûte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre collaboration éditoriale.
Vos commentaires seront édités après modération.
Si vous souhaitez nous faire parvenir un message en privé, merci de bien vouloir utiliser la plate-forme des contacts à cette adresse:
https://archimagistere.com/fr/contacts/ (catégorie "Le contenu du site" pour un message relatif à nos publications).

Merci