vendredi 4 novembre 2011

Les ficelles du "pouvoir du changement"

Dans nos récents échanges avec Benjamin Fulford en tant que porte-parole de la Société du Dragon Blanc, nous avons malheureusement décelé une incompréhension profonde de la part de son organisation, tant dans les raisons ayant présidé au passage du Dragon Noir à Blanc, que des mêmes raisons ayant permis à ces anciens serviteurs de l'Ombre de finalement être karmiquement en mesure de lui tourner le dos pour servir la Lumière et les intérêts de tous les peuples de notre monde (ce qui inclut de même toutes les formes de vie ; le mot "peuple" ne se limitant pas ici à l'humain), mais aussi et surtout quelle était notre propre vocation et celle de notre réelle travail.


Il nous est apparu que le Dragon Blanc souhait absolument savoir de façon "non officielle" (psychique) qui nous étions réellement ; leurs propres psychistes employant parfois des méthodes quelque peu inorthodoxes à cet effet. Les tentatives d'incursion de notre égrégore sont inutiles, ce dernier est impénétrable (remarque qui va à l'évidence susciter des vocations, mais que nous nous devons de tenter de décourager par une mise en garde adressée à quiconque souhaiterait s'y frotter, ce dernier étant redoutablement bien protégé ; Cf. notre article du 26 août 2011).

Les lois qui président à l'instauration du changement ayant permis que les âmes souhaitant se faire les artisans du plan Divin le puissent réellement (du plan Divin, du destin, de la Providence, de la chance appelez ça comme bon vous semble), sont aussi des lois entourées de dispositifs en protégeant l'intégrité d'une part, mais aussi et surtout l'absolue impervertibilité. Tant que le Dragon Blanc restera le serviteur de ce plan ne souffrant aucun compromis possible, il aura sa place en ce monde en tant que ce qu'il est. Si certains de ses protagonistes devaient essayer de profiter de l'aubaine pour tirer égoïstement à eux la couverture, une scission s'opérera dans leurs rangs, inévitablement, séparant les purs dévoués à la cause noble, et les autres, dévoués à la leur uniquement. Nous ne pensons pas que l'organisation en elle-même en viendrait à une corruption totale. Elle est mue par un idéal suffisamment lumineux et sincère, et inspirée de façon suffisamment insistante par une entité qui nous est entièrement dévouée et à laquelle les Yakuzas sont suffisamment attachés, pour que la dérive n'ait en principe jamais lieu. Cependant, l'enfer a toujours été pavé des meilleures intentions du monde et bien malgré leurs principaux partisans, ses intentions ont toujours fini par se pervertir avec le temps.

La Société du Dragon Blanc détient en effet des milliards et cet argent et le pouvoir qu'il recèle, pourra imposer une totale réorganisation du système politique, économique, social, écologique, etc., à tous les niveaux. Il est une réalité concrète que l'Ombre se trouve dépossédée de son énergie de prospérité (appelons cela comme ça), alors que ceux qui combattent vraiment pour le mieux être de tous, se retrouvent de plus en plus placés à la tête de nouvelles fortunes (nous en connaissons à titre personnel). Pourtant il s'agit une fois encore du pouvoir de l'argent et ce ne sera rapidement plus l'argent qui détiendra le pouvoir en ce monde, jamais ! Le véritable pouvoir sur le monde ne sera bientôt plus détenu que par la compassion du partage, la force d'Unité, et l'Amour-Force lui-même, aussi utopique, irréaliste, voire stupide cette évidence pourrait-elle paraître au mental contemporain n'ayant jamais connu autre chose que le monde dans lequel nous sommes encore plongé, et qui ressemble davantage à un corps malade qu'à un "monde" digne de ce nom. A la maxime qui dit "il faut de tout pour faire un monde", je dirais qu'il semblerait bien qu'il y ait justement énormément de certaines choses défavorables au plus grand nombre, et bien peu, voir pas du tout, de ce qui pourrait vous paraître utopique aujourd'hui. Non? En ce qui concerne notre monde, le "tout" en question reste donc entièrement à réaliser. Et ce tout ne peut être qu'un "tout" cohérent s'il ne veut pas éclater, donc consolidé par l'Unité, CQFD.

A la question posé au Dragon Blanc "qui au sein de votre société recèle suffisamment de discernement pour garantir son absolue incorruptibilité sur le très long terme", il nous a été répondu qu'une fois l'ensemble des problèmes réglés, le Dragon retournerait au sommeil. C'est une possibilité en effet. Mais nous ne connaissons personne en ce monde qu'un tel pouvoir laisse assez indifférent pour y renoncer une fois obtenu. Quoi qu'il en soit nous ne ferons aucunement obstruction. Mais le Dragon refusant, déjà au stade actuel, de considérer l'auteur de la libération de tous ses protagonistes du joug karmique qui les enserrait et des lois promulguées afin que cette libération puisse avoir lieu, comme étant le point focal de référence de ce changement global, le Dragon Blanc se place de fait en porte-à faux desdites lois imposant de même que nul ne puisse s'emparer de quelque pouvoir sur quiconque par l'intermédiaire de la détention de quelque fortune que ce soit qui soit en marge du plan Divin le plus strict. Nous souhaitons que le Dragon Blanc, actuellement notre allié et donc de fait celui du plan Divin, sache toujours faire honneur à ses devoirs plutôt qu'au pouvoir qu'il détient de notre propre fait sur les forces de l'Ombre encore actuellement en place. Sans un ralliement explicite à la cause de l'Âge de Diamant et à ses énergies comme à ses lois, le risque de dérive existe toujours. Si cette dérive devait se manifester à quelque échelle que ce soit, ces mêmes lois entreraient alors dans une logique de mise en application des sanctions liées, de manière à assurer l'équilibre le plus absolu de la stabilité de leur propre incorruptibilité, comme à celle des conséquences de leur mise en application à tous les niveaux, afin de conserver définitif son équilibre au monde nouveau qui est en train de s'ouvrir à nous tous.
Le Dragon Blanc se réclame de l'incarnation d'un Principe. C'est sans doute vrai de part le collectif qu'il représente, bien qu'il soit davantage un collectif qu'un principe en tant que tel. Ceci dit, le Divin est également un Principe dans son essence. Le Dragon refuse pourtant d'en envisager aussi la possible incarnation sous une forme humaine (c'est tout de même la forme la plus pratique pour agir en conscience sur le plan de la matière), en l'état celle du Hiérokarentine*, qui, entre parenthèses, n'a aucunement l'intention de laisser faire de lui l'objet de quoi que ce soit qui puisse de près ou de loin ressembler à quelque chose d'aussi répugnant qu'un culte ou quoi que ce fût d'équivalent. Sa présence est simplement incontournable, tout comme son travail et sa nécessité, et la portée de ce travail d'autant plus, au coeur même de la naissance des Lois elles-mêmes et de leur application, de leurs conséquences, quoi qu'il arrive, quoi qu'il en coûte, pourvu qu'en ce monde soit enrayés définitivement les mécanismes corrupteurs institutionnels d'abord, et de toute autre nature ensuite.

Ne rien demander, mais agir pour la seule satisfaction de faire ce qui doit être fait dans l'Amour-Force inconditionnel, est la seule règle présidant à sa présence comme à son action. Etre reconnu comme tel, ignoré comme tel, réfuté comme tel, ou combattu comme tel, est sans la moindre incidence sur la poursuite inconditionnelle, elle aussi, de sa Mission en ce monde, pour le ré-enclenchement d'un processus évolutif puissant exponentiellement croissant, depuis le minéral, jusqu'à l'humain, en passant par le végétal et l'animal, selon des lois d'une implacable JUSTICE quant à l'équité qui y préside au bénéfice de tous sans exceptions !

Souhaitons de tout coeur au Dragon Blanc qu'il ne confonde jamais l'instrument avec l’instrumentiste, car alors il y aurait toute les chances de craindre la première... mais dernière fausse note. Mais nous savons qu'il est capable de tenir la distance, et nous le lui souhaitons sincèrement.

Au jour du 31 octobre 21h50 heure de Paris hivernale, et suite à la mise en action des lois mentionnées au sein de notre article du 5 octobre 2011, le nombre de suspensions du droit au maintien dans l'incarnation se montait à 300400. Soyez assurés que nous irons jusqu'au bout, et encore très au-delà. Nous persistons et signons : au lever du soleil le 1er janvier 2012, le monde aura changé, parce que le système esclavagiste chaotique tel que nous le connaissons sera mort, quel qu'en soit le prix.

(*: si vous n'avez aucune idée de ce à quoi fait référence le titre de Hiérokarentine: nous invitons à télécharger le document dont le lien figure au bas de la page "OCTP : comprendre !").

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre collaboration éditoriale.
Vos commentaires seront édités après modération.
Si vous souhaitez nous faire parvenir un message en privé, merci de bien vouloir utiliser la plate-forme des contacts à cette adresse:
https://archimagistere.com/fr/contacts/ (catégorie "Le contenu du site" pour un message relatif à nos publications).

Merci