vendredi 17 mars 2017

Un demi-million de visites !


Ami lecteurs de ce blog,

Nous fêtons en ce jour les 500.000 visites (comptabilisées, nous savons que certains se transmettent de nombreux exemplaires d'un copié-collé). Nous sommes heureux d'avoir été capables de toucher l'intérêt ou la sensibilité de nos lecteurs et d'avoir su avec patience accroître leur nombre sans pour autant céder à la tentation de nous montrer séducteurs en rien (en tout cas pas intentionnellement).

Merci à chacun de vous, lecteurs passés, présents et à venir, lecteurs amis et détracteurs, lecteurs dithyrambiques ou lecteurs insultants (non-publiés, mais nous le ferons à l'avenir si l'occasion se représente). En 18 ans de présence sur le web et trois noms de domaine, l'Archimagistère a su se tailler sa place de référence sur Internet, et dont les publications au sens large ont été largement relayées, dans une discrétion qui est à la mesure de l'absence de publicité puisque "le but n'est pas là".

Quoi qu'il en soit, recevez en cette occasion un  peu spéciale, toutes les bénédictions chaleureuses les plus sincères de l'Archimagistère, et les miennes à titre personnel, qui que vous soyez. Restez attentifs, l’œuf s'apprête seulement à éclore...! Rien n'a encore commencé, tout reste à faire, tout reste à jouer, et chacun co-participera à sa mesure à ce jeu-là dont les règles ont pour but de faire de chacun, sans exception, un grand gagnant. Encore reste-t-il à tenir la distance, celle de l'éternité, et pourtant... un pas après l'autre, dans le calme, la paix intérieure, la non-peur, la patience, et la sérénité.

Que le meilleur vous soit donné, infiniment.
Encore merci à chacun de vous.

Eléazar

dimanche 5 mars 2017

Un point à mi-chemin

Chaos' c. 1875-82
George F. Watts (1817-1904) et assistants
L'article de ce mois de mars préfigure les nouvelles énergies du printemps, période propice s'il en est à tous les renouveaux (du moins à partir de l'hémisphère nord de notre planète). L'encours des évènements, publiquement connus ou non, architecture les conditions-même dans lesquels le basculement sera opéré, et le "Point-0" atteint.


État actuel de la relation Trump-Pountine


Compte tenu des actions et décisions de l'un et de l'autre, ou de ceux qui sont officiellement censés opérer en leurs noms respectifs, et donc dans les circonstances actuelles, on peut difficilement se cantonner à l'estimation arbitraire de leurs initiatives estimées "bonnes" ou "mauvaises", donc aussi quelque part au "bien" ou au "mal", aux "gentils" et aux "méchants".


samedi 18 février 2017

Réponse à commentaire

Un commentaire à l'article du 5 février dernier "Mise en échec de la matrice mentale collective", a été posté ce jour, 18 février, par un visiteur du blog. Voici ce commentaire:

Bonsoir ou bonjour cher Eléazar, vu que le temps n'existe plus avec internet (qu'est-ce-que le temps?) Beaucoup d'enveloppes charnelles (de bons soldats) se demandent "qui êtes vous réellement? par simple honnêteté intellectuelle" Ce n'est pas une question de ma part car j'en connais la réponse, sachez le. Je pense que la résolution de cette simple interrogation, permettrait de faire comprendre, aux personnes engagées avec nous, de détruire une frontière qui mènera vers la raison. J'ai lu et étudié chacun de vos écrits mais il est fort possible, que la croyance en vous, devienne faillible par d'autre résistants ou par la fatalité. En effet, l'Homme vit avec des gènes qui le propulsent à douter, surtout si l'amour n'est plus. Seriez vous capables, mêmes en brouillant les pistes, de leur en dire plus, de vous dévoiler (mieux que dans votre ouvrage par exemple)? Je ne réagi pas par hasard, je le fais simplement avant qu'il ne soit trop tard (en urgence). Je sens de l'impatience autour de moi et je n'ai pas à révéler ce dont je ne suis pas destiné de faire. En tout cas, merci à tous, croyez en vous et en l'amour de chacun. Un jour viendra.

Fab

La réponse à ce commentaire étant trop longue pour être publiée en statut "commentaire" (champ limité à 4096 caractères non-accentués), il a été décidé d'en faire une lettre ouverte.
La voici.


dimanche 5 février 2017

Mise en échec de la matrice mentale collective

Cette action qui a eu lieu début janvier dernier est un processus essentiel du phénomène que nous avons eu l'habitude d'appeler le "basculement", devant marquer l'arrêt définitif du système actuel, faisant son échec comme un moteur qui calerait par un ensemble de forces le contraignant à l'arrêt. Ayant récupéré les clefs du véhicule, ce dernier ne sera donc jamais remis en marche. Il sera démantelé petit-à-petit pour définitivement disparaître à terme, à la vue même de tous ceux qui auront vécu par lui, avec lui et en lui.

Le processus du basculement est à l’œuvre depuis septembre 2016. Il doit aller en crescendo et doit prendre au total entre 6 et 10 mois, maintenant que sont consolidées les différentes probabilités d'actions des uns et des autres, et des possibilités de réactions de l'Ennemi par rapport à l'avancée de ce qui est en train de le détruire.

dimanche 1 janvier 2017

Perspectives décisives pour 2017

Assurément cette année sera bonne. Elle sera bonne car dans le cas contraire elle ne sera pas du tout. Néanmoins "bonne" ne signifie pas qu'elle le sera pour tout le monde ni de la manière attendue par tout un chacun. En tout état de cause elle ne le sera pas comme on l'imagine. L'enfantement est en principe un moment heureux, du moins lorsque les choses se passent bien et que ce qui aura présidé à ce moment put naître dans des circonstances joyeuses. Pourtant le moment reste inquiétant et douloureux, autant pour le père qui s'inquiète pour son épouse, que pour la mère qui espère pouvoir être à la hauteur, surtout s'il s'agit de son premier-né. Notre actuelle civilisation planétaire se trouve un peu dans ce type de contexte. Les douleurs se font sentir. On ne sait pas exactement s'il s'agit d'une fausse-alerte où si l'instant de la délivrance est proche, bien qu'on le sente en soi. On ne sait pas trop par quoi on va devoir passer, on aimerait que ce soit déjà fini mais on redoute les instants qui précèdent cette délivrance tout en voulant de rien rater du moment. La confusion s'installe dans les esprits. On sait juste qu'on ne peut plus reculer et tous les espoirs sont investis dans une attente la moins longue et avec la conclusion la plus heureuse possible.